Introduction aux ondes cérébrales

D’après les recherches en neuro-science, il existe une communication électrique entre les neurones à
l’intérieur de notre cerveau qui est à l’origine même de nos pensées, de nos émotions, de nos
comportements et réactions. Ces communications coordonnées à travers les organes et les impulsions
électriques synchronisées d’un grand nombre de neurones communiquant les uns avec les autres est
connu sous le terme d’ondes cérébrales.

L’un des aspects majeurs de ces ondes est qu’elles changent en fonction de notre état de conscience
(éveillé ou en sommeil), de nos activités (en mouvement ou en repos), de ce que nous ressentons (que
l’on soit calme ou agité). Elles reflètent notre état de manière précise, notre niveau de connexion avec
l’extérieur, notre humeur. Les différents motifs des ondes cérébrales sont classifiés en fonction de leur
bande passante et de leur fréquence. Un type d’onde prédomine et correspond à un certain état.
Différentes bandes passantes décrivent différents états, différentes fonctions du cerveau. Elles sont à
appréhender avant tout comme un spectre continu de notre état de conscience. L’activité cérébrale est
relevée à l’aide d’électro-encéphalogramme (EEG) qui détecte les ondes cérébrales grâce à des
capteurs placés au niveau du crâne. Leur vitesse est calculée en Hertz (cycle par secondes)

Ondes cérébrales et Yoga Nidra

Une manière scientifique d’explorer ce qui se passe dans la pratique du Yoga Nidra est d’utiliser les
EEG pour observer l’activité cérébrale et de comparer les résultats avec d’autres activités relevées à
d’autres moments (durant l’éveil ou le sommeil par exemple)
Ce que l’on observe dans le cadre de ces expérimentations est que le Yoga Nidra constitue un voyage
à travers ces différentes bandes passantes et nous emmène dans différents états de conscience.
Ce qui est unique et propre au Yoga Nidra est que ces différents états sont expérimentés consciemment. On
ne se contente pas de l’expérimenter, on en est le témoin. Ci-dessous, un résumé des différents états en
fonction du type d’ondes cérébrales qui prédominent.
Durant la pratique du Yoga Nidra, on peut rencontrer tous les différents états décrits ici. Chaque état a
un propos et procure une expérience en soi.
Les ondes Beta (12-30Hz):
Ce sont les ondes qui pré-dominent dans notre activité quotidienne, dans un état de conscience éveillé,
lorsque notre attention, notre être est actif de manière cognitive, lorsque l’on est tourné vers le monde
extérieur. Les ondes Beta correspondent à une activité où l’on est alerte, attentif, engagé dans la
résolution de problèmes, lorsque l’on juge, lorsque l’on prend des décisions et que l’on est concentré.
Les fréquences basses de Beta indiquent, elles, que l’on se rapproche de la rêverie et que l’on est en
connexion avec les éléments qui nous entourent. Les fréquences plus élevées indiquent une certaine
excitation, de l’anxiété ou du stress. Ce sont les ondes cérébrales qui prédominent avant la pratique et
qui, normalement, cessent aussitôt que l’on se prépare et s’installe. Elles peuvent occasionnellement
ré-apparaître durant la pratique si l’on devient agité.
Les ondes Alpha (8-12 Hz):
Elles prédominent durant un flux de pensées calmes, lorsque l’on rêvasse et peuvent être présentes
lorsque l’on médite. Dans cet état, on est dans le moment présent. C’est l’état du repos du cerveau
lorsque l’on est sans activité spécifique. Les ondes Alpha aide à la coordination mentale de manière
globale, au calme, à l’intégration du corps et de l’esprit et favorise l’apprentissage. Elles sont
produites dans le lobe occipital du cerveau lorsque l’on est relâché, les yeux fermés et réduites si les
yeux restent ouverts. Cet état correspond à une profonde relaxation les yeux fermées et est
expérimenté au début de la pratique dans l’étape d’ancrage.
Les ondes Theta (4-7Hz):
Elles sont l’indication du sommeil paradoxal lorsque des ondes Beta sont encore présentes. Le
sommeil paradoxal est une période correspondant à 90 minutes, un cycle de sommeil durant lequel
celui qui dort se rapproche de l’éveil et expérimente des rêves très actifs. Le temps passé dans le
sommeil paradoxal améliore la créativité, la mémoire émotionnelle, les processus de perceptions
sensorielles, active la mémoire complexe de la mémoire récente à la mémoire lointaine. Des images et
des émotions sont présentes dans cet état. Le temps passé dans cet état est utile pour effacer des
informations inutiles, réparer des dommages au niveau des tissus, améliorer la mémoire et facilite
même la perte de poids. La production de Cortisol cesse, les hormones produites par l’hypophyse
augmentent, les carbohydrates et le cholestérol sont métabolisés et le taux de prolactine augmente lui
aussi. Ces ondes ne sont pas présentes dans le sommeil profond. Les ondes Theta apparaissent durant
la pratique du Yoga Nidra. Si l’on est éveillé, elles sont un signe d’un état méditatif.
Les ondes Delta (0.1-4 Hz):
Ce sont les plus lentes (et aussi les plus basses) et les plus fortes en terme d’amplitude. Elles sont
normalement produites lorsque l’on rêve mais peuvent aussi être détectées dans une méditation
profonde. La guérison et la régénérescence des cellules est stimulée dans cet état, ce pourquoi le
sommeil profond est essentiel pour guérir. Le temps passé en présence d’ondes delta réduit le
sentiment d’endormissement, améliore la présence, la concentration, les activités motrices et stabilise
l’humeur.
Swami Jnaneshwara Bharati (disciple de Swami Rama) considère les ondes Delta comme
correspondant à l’état de rêves inconscients (prajna). Elles peuvent être relevées durant la pratique du
Yoga Nidra, la différence étant que l’on est le témoin de sa propre conscience. Certains considèrent
que l’état de conscience de Yoga Nidra peut se définir comme un état où l’on a conscience des ondes

La recherche la plus célèbre concernant le Yoga Nidra fait partie d’une série d’expérimentations à la
clinique Menninger dans le Kansas à la fin des années 60 et au début des années 70 sur Swami Rama,
fondateur de l’Himalayan Institute. Le principal objectif était de tester les capacités de Swami Rama à
contrôler des fonctions physiques par l’esprit (par exemple les battements de cœur, mouvements
considérés comme involontaire). En 1971, EEG fut utilisé pour enregistrer l’activité cérébrale de
Swami Rama alors qu’il pratiquait le Yoga Nidra. Il se révéla qu’il avait la capacité de rester conscient
tout en produisant des ondes Delta alors qu’il était dans un profond sommeil d’un point de vue
clinique.
Lors d’une expérimentation ultérieure avec Swami Veda Bharati, un disciple de Swami Rami, des
ondes Delta furent à nouveau observées durant la pratique du Yoga Nidra alors que le Swami était
capable de tenir une conversation les yeux ouverts. En 1999 à l’hôpital de Copenhague, le Dr Hans
Lou et Dr Troels Kjær de l’Institut Kennedy ont photographié son cerveau pendant une session de
Yoga Nidra de 45 minutes à l’aide d’un PET scan. L’étude révèle que l’on peut simultanément
expérimenter et contrôler consciemment l’activité du cerveau.

Neurotransmetteurs
La dopamine est un neurotransmetteur qui joue un rôle majeur dans le comportement lié à la
motivation et l’idée de récompense. Elle est aussi impliquée dans des fonctions motrices et dans la
libération d’autres hormones. Un mauvais fonctionnement dans le système de la dopamine joue un
rôle prépondérant dans un grand nombre de maladies graves incluant la maladie de Parkinson, ADHD
ou encore la schizophrénie. En 2002 Kjaer et son équipe ont été les premiers à démontrer in vivo le
lien entre le niveau de dopamine dans le système et la conscience. La pratique du Yoga Nidra
augmente la libération de dopamine de près de 65%. Ce qui engendre une forte augmentation des
ondes Theta, preuve d’une activité méditative. Ce fut l’une des premières preuves de la capacité de
réguler différents états de conscience au niveau synaptique.

Conclusion
Les différentes études confirment que l’état de conscience en Yoga Nidra est un état de conscience
modifié. Avec la subtilité qu’il ne s’agit pas tant d’un état de conscience différent en soi mais plutôt que
cet entre deux rend compte de la réalité de différents états de conscience, états que l’on ignorait
autrement.
Les applications thérapeutiques
La pratique du Yoga Nidra comporte des effets très positifs sur la santé du cerveau et offre de vastes
possibilités d’un point de vue thérapeutique.
Gestion de la douleur, amélioration du sommeil, aide à la mémoire, traitement potentiel aux symptômes
post traumatiques et enfin son caractère thérapeutique global dans le cadre de sessions d’hypnose.